Actualités du site SALEM
Accueil du site02- JOURNAUX2014
Editorial
UNE STRATEGIE CONSOLIDEE : PRIORITE A L’EDUCATION
mercredi 24 décembre 2014
par Daniel
popularité : 8%

Nous avions fait état dans notre dernier journal des difficultés rencontrées ces dernières années sur deux projets importants : le transfert de l’école d’Andipatti afin d’en consolider l’avenir, l’acquisition d’un passage permettant l’accès au terrain acheté à Déviyakurichi afin de permettre la construction de maisons pour des familles de lépreux. Dans les deux cas des décisions ont été prises en début d’année 2014 aboutissant à des situations stables détaillées ci-après. Toutefois, nous avons pris acte des difficultés et des pertes de temps que pouvaient générer le développement d’actions ambitieuses mais peut être insuffisamment préparées au départ. C’est pourquoi nous avons décidé au sein du bureau et proposé en Assemblée Générale de redonner une priorité absolue au parrainage d’enfants et d’amplifier notre action de soutien aux adolescents capables et désireux de suivre des formations universitaires. Tout projet ne sera éventuellement considéré que s’il est clairement consolidé dès le départ. Réunion de travail

Notre activité parrainage d’enfants conduite avec votre support reste couronnée de succès. Nous suivons régulièrement la scolarité de chacun d’entre eux. Même si parfois des conditions familiales défavorables, des mariages précoces voire des maladies entrainent des défections la majorité des enfants parrainés atteignent le standard XII c’est-à-dire une formation équivalente à notre baccalauréat. Mais depuis plusieurs années notre action s’est déplacée vers l’aide aux adolescents qui s’engagent dans des études supérieures. Ce parrainage, qualifié d’exceptionnel dans les années 2008 a pris considérablement d’ampleur pour deux raisons : d’abord la sortie du standard XII ne donne pas accès à des métiers (à comparer à l’obtention du bac en France), ensuite les formations universitaires et diplômantes sont de plus en plus assurées par des écoles privées dont les coûts sont souvent élevés. Si nous n’aidions pas ces jeunes de conditions modestes, ils n’auraient pas accès à ces formations et aux professions de haut niveau qui en découlent. Nous constatons avec beaucoup de satisfaction les résultats excellents obtenus dans ce cadre. Je vous engage à lire les témoignages de plusieurs jeunes en page 9 et 10. Ainsi sommes nous passés de quatre parrainages exceptionnels en 2008 à dix-sept en 2013. Les coûts de scolarisation, très variables (de 200 € à 1000 € par an) sont pris en charge par l’association en complément de l’aide pécuniaire qui continue très souvent d’être versée par les parrains au titre du parrainage nominatif.

Le transfert de l’école d’Andipatti est effectif depuis la rentrée scolaire de juin. La communauté de Sœurs contactée en fin 2013 assure désormais la gestion et l’expansion de l’école sous le contrôle du Père Xavier et d’Anto. Conformément à notre recommandation, elles ont conservé l’équipe antérieure des trois enseignantes. Afin d’assurer une transition réussie, nous avons décidé de prolonger notre support financier jusqu’à la fin de l’année scolaire soit mars 2015. Nous avons demandé à les rencontrer lors de notre voyage de février prochain afin de finaliser les conditions de ce transfert Le projet de constructions de maisons à Déviyakurichi tient quelque peu du rocambolesque ; Bref rappel : nous avions acquis un terrain d’environ 6000 m² en 2009 afin de construire une douzaine de maisons pour des familles de lépreux. Ce terrain était enclavé mais le propriétaire des terres avoisinantes avait promis de vendre un passage donnant accès à ce terrain. Ce propriétaire est revenu sur sa promesse refusant vente ainsi que droit de passage ! Je ne m’étendrai pas sur les tentatives de conciliation suivies de plaintes auprès de la police et des instances politiques locales et fédérales. En fin d’année 2013, ces instances ont recommandé de déposer une plainte auprès du tribunal civile. Se lancer dans une telle procédure impliquait des années de procès accompagnées de frais d’avocats et un pari sur la décision finale. De plus, la congrégation Don Bosco répondant à la demande de la cellule d’aide aux lépreux de l’hôpital St Mary a construit 70 maisons dans ces quatre dernières années. Force est de constater que le besoin de relogement identifié en 2009 s’est considérablement atténué au point que les familles ne sont plus dans une situation de demande. L’Association Salem Inde nous a soumis en mars 2014 sa décision d’arrêter le projet et de procéder à la vente du terrain, décision qui nous a paru raisonnable.

Nous souhaitons toutefois que les sommes bloquées pour ce projet soient utilisées pour l’amélioration de vie de la communauté des lépreux conformément aux souhaits des personnes qui nous ont soutenus depuis 2009. Notre intention est d’en discuter avec nos interlocuteurs d’ASI et la cellule d’aide aux lépreux de l’hôpital StMary et de définir une action coordonnée et adaptée aux besoins lors de notre voyage de février 2015.

Je ne peux conclure cet édito sans vous rappeler l’attribution du prix Nobel de la Paix conjointement à Malala Yousafzaï et à Kailash Satyarthi. Tous deux s’impliquent dans la lutte contre l’exploitation et l’oppression des enfants et pour leur accès à l’éducation, en particulier pour les filles. Nous avons eu le plaisir de travailler avec Kailash durant ces quinze dernières années et c’est avec beaucoup de joie que nous avons appris une nomination amplement méritée. Nous lui avons d’ailleurs consacré un article que vous lirez dans ce journal.

A tous, amis de Salem, l’ensemble du bureau et moi-même vous souhaitons de bonnes fêtes de fin d’années et beaucoup de bonheur pour 2015. 2015 : année d’un voyage à Salem avec neuf participants.

Jacky Jouan

 
Documents joints à cet article :
Articles de cette rubrique
  1. Enfants de Salem n°37
    30 janvier 2014

  2. Editorial
    24 décembre 2014